Nom octroyé et nom choisi dans cheminement spirituel (partie 1)

Retour à : Blog spirituel, Réflexions spirituelles


(Article tiré de mon ancien blog Sterenn Tharz-an-Deiz et re-publié ici car toujours d’actualité, datant de juin 2015)

Le thème du nom revient souvent dans les milieux spirituels (ésotérique, religieux, initiatique…). Car aujourd’hui comme à des époques plus anciennes, l’octroi du nom est comme l’acte de naissance d’une personne. Il signe son entrée dans le monde de l’existant et l’identifie au sein d’une communauté. Il n’est plus un être indéfini, mais devient un individu avec une identité. Il peut avoir le prénom d’un aïeul, d’un saint ou d’un héros de son peuple, ou bien encore être nommé Untel fils de ou de la lignée de. En Égypte et dans la Rome antique, une personne pouvait être déchue de sa dignité par l’effacement de son nom de sa tombe et des monuments publics l’honorant. C’était la damnatio memoriae. Effacer son nom des mémoires, c’était la condamner à l’oubli et à une sorte de négation de son existence. Dans le cadre d’une communauté spirituelle, ésotérique et/ou initiatique, les membres adoptent parfois un nouveau nom en entrant dans le cercle de celle-ci. Le nom peut même évoluer selon les stades de l’initiation. Le nom, parce qu’il est une sorte de carte d’identité et une clef de la connaissance de soi, est un sujet fréquemment débattu dans les milieux spirituels. J’ai été moi-même confronté à ce sujet lorsque j’ai choisi ou que l’on m’a octroyé un nom au cours de mes apprentissages. C’est pourquoi je vais tenter d’aborder ce sujet.

Noms civils (nom de famille + les prénoms de l’état-civil)
Là d’où je viens… ce dont j’ai hérité…

Dès notre naissance, nous sommes nommés pour être connus. Nos parents annoncent notre naissance et la font enregistrer légalement à l’état-civil. Mais nous sommes aussi nommés pour être ensuite reconnus et identifiés comme un individu distinct des autres. Nous intégrons ainsi la communauté des citoyens de notre pays. Essayez de désigner quelqu’un sans utiliser son nom ? Pas facile. Vous serez obligé de le décrire à autrui par son apparence physique ou ses activités, ses relations pour faire comprendre à autrui de qui vous parlez. Autrefois, il était aussi fréquent d’associer les terme « fils de » ou « fille de » au prénom, on situait ainsi l’individu par rapport à sa filiation ou une lignée. Cette coutume a d’ailleurs donné naissance à des noms de familles, par exemple :

– en Islande, Ericson signifie« fils d’Eric », Bryndísarson est « le fils de Bryndís » ;
– en Espagne, les noms de famille se terminant en ez sont à l’origine des noms patronymiques indiquant “le fils de”, comme Álvarez (fils d’Álvaro), Fernández (fils de Fernando), González (de Gonzalo) ;
– en Italie ce sont les noms terminé en « is » qui indique la lignée, comme par exemple les Médicis, les De Laurentiis ;
– en France, on trouve les noms finissant en « et », ainsi les Martinet sont fils de Martin ;
– etc.

Ce nom civil est parfois considéré avec dédain dans la démarche initiatique. Car il représente ce que l’on nomme « le vieil homme » ou la partie de soi qu’on quitte pour renaître à une nouvelle forme d’existence en entrant dans une religion ou une tradition spirituelle. Pourtant, ce nom est aussi porteur de sens et d’indications utiles à notre croissance personnelle. Ce nom, composé d’un nom de famille et de plusieurs prénoms, est octroyé par nos parents à l’époque de notre naissance ou les adultes exerçant l’autorité parentale, si vous vos parents biologiques n’étaient pas à vos côtés juste après votre naissance. Il peut vous révéler les énergies, les attentes parentales et l’ambiance de l’époque de votre conception. Votre nom de famille est un héritage de votre lignée. Il est chargé des souvenirs plus ou moins conscients de vos ancêtres, de leurs métiers, de leurs fonctions… Ils sont aussi chargés des attentes et des espoirs de vos parents. Le nom profane va donc nous permettre de comprendre d’où nous venons, dans le sens de ce qu’il nous a été offert en héritage par nos ascendants. Ceci que cet héritage est une influence plus ou moins positive sur notre existence, jusqu’à présent.

Par exemple, savez-vous si votre prénom a été plus choisi ou suggéré par votre père ou votre mère, ou encore une autre personne de votre famille ? Ceci peut indiquer quelle lignée aura plus d’influence sur vous, si c’est plutôt votre ascendance maternelle ou la paternelle. Les noms de famille de vos ancêtres peuvent se référer à des métiers exercés par ceux-ci ou des lieux où ils ont vécu. Il peut être utile de se faire aider par un spécialiste en psycho-généalogie dans le cadre de telles recherches ou de se pencher sur les études concernant les sens et les interprétations multiples d’un prénom. Je pense par exemple à l’ouvrage, Symbolique des prénoms transgénérationnels (Tome 1 & 2), d’Annie Tranvouëz. Regardez par exemple les anagrammes possibles avec vos prénoms, les jeux de mots et les jeux de sonorités, qui se révèlent parfois plein de sens.

(à suivre …)

Un commentaire pour “Nom octroyé et nom choisi dans cheminement spirituel (partie 1)”

  1. Je trouve que c’est toujours intéressant de travailler sur son prénom et son nom de famille, parce que c’est par eux que la société nous reconnaît et ce sont les premiers que l’on porte. Je l’avais fait pour moi il y a quelques temps suite à la lecture d’un des livres d’Annie Tranvouëz, du coup j’ai relu le fichier vite fait et c’est vrai que les conclusions de mes recherches me correspondent bien ^^

Vos commentaires

Vous pouvez poster ci-dessous vos remarques, vos questions ou votre témoignage concernant ce sujet.