Autonomie, créativité, authenticité et libre expression dans le domaine spirituel

Les magazines, les femmes et la spiritualité

Il y a peu de magazines, qui trouvent encore grâce à mes yeux. La presse féminine par exemple, dans sa grande majorité, a recourt à la publicité pour se financer. Et c’est devenu tellement envahissant, que certains titres ressemblent plus à des catalogues de pubs (+50% du contenu en encarts publicitaires). Même leurs articles se révèlent être des incitations à la consommation, sans parler des publireportages. Tu sais ces pubs déguisées, qui veulent se faire passer pour de vrais articles de presse, avec du « vrai » contenu dedans. Un peu comme les yaourts aux fruits, les Danonino, qui voulaient te faire croire, qu’ils étaient au fruits, alors qu’ils n’en contenaient pas.

L’inconsistance de la presse féminine

La plupart de ces magazines peuvent être lus en moins 15 minutes, tellement ils sont devenus inconsistants. Il n’y a peu de matière. C’est pourquoi les médecins en proposent des piles impressionnantes dans leurs salles d’attente, pour nous faire patienter quand ils sont en retard. Et puis surtout, ils continuent de cultiver et de donner une image des femmes surtout préoccupées par leurs apparences et à la maison (déco intérieure, recette de cuisine, enfant, conjoint, ménage, loisirs créatifs…). Je dis bien « surtout »… car de temps en temps, on voit passer quand même un ou deux articles dit plus de « société ». Mais ça reste marginale.

La presse chiffon est passée de mode ?

Tu l’aura sans doute compris. Je ne me reconnais pas du tout aujourd’hui dans ces titres. Et je ne suis pas la seule. Le paraître ne séduit plus et l’incitation constante à consommer agace. D’ailleurs, je rencontre de plus en plus de mes semblables préoccupées par le sens de leur vie et une quête de l’être. Comme moi, elles ne trouvent pas dans ces assemblages de papier glacé, de quoi répondre à leur quête existentielle.

Psychologie, écologie, société et spiritualité, centres d’intérêts de la femme du XXIème siècle ?

Je leur préfère des publications, qui ont fait le choix de minimiser au maximum la présence des publicités, quitte à devoir augmenter leurs prix. En contrepartie, ces magazines proposent un contenu plus fourni, plus profond et qui ne se limite pas à maquillage, fringues, maison et stars. Il y en a des psychologiques, des écologiquement et/ou socialement engagés, des féministes et des spirituels. Ces dernières semaines, deux d’entre eux ont retenu mon attention. Car ils abordent des thèmes qu’on retrouve dans la sphère spirituel contemporaine et païenne.

Inexploré : oser parler des phénomènes qui sortent de l’ordinaire

Tout d’abord, je voudrai te parler du dernier numéro d’Inexploré. On y trouve une série d’articles sur les rituels(cérémonie, rites de passage, fêtes de l’année) intéressants, avec un ouvrage de Arnaud Thuly cité dans les références (éditions Alliance Magique), mais pas que… Inexploré est une revue éditée par l’INREES (Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires).

NEXUS : la presse indépendante

NEXUS se présente comme un magazine de la presse indépendant. C’est à dire la presse, qui n’appartient pas à des grands groupes de médias appartenant aux personnalités les plus riches du pays ou du monde. Comprendre indépendant de la pression financière et de l’influence des dirigeants de ces groupes. Dans le dernier numéro, il y a un bel article sur les Mandalas et la force du symbole. Et quelques autres articles de société intéressants sur la sécurité sociale, le fait de vouloir ré-écrire la constitution, etc.

Féminité et spiritualité

Il en y en a d’autres évidement… comme Kaïzen, Happynez, Respire, Open Mind, …etc. Les grands groupes de presse ont aussi senti le vent venir et sortis des titres plus orientés « bien-être » ou « psychologie positive ». Il fallait s’en douter. Je pense à Flow qui appartient au groupe PRISMA. Il y en a d’autres… Je laisse chacun libre de se faire son avis. Je suis tout de même ravie de voir que l’horizon s’élargit. Les femmes ne sont plus cantonnées à ses tristes catalogues de pub, qui nous rabâchent tous les ans de perdre du poids avant l’été pour rentrer dans notre maillot de bain. Oui les femmes ont une âme et elles se rapproprient le terrain de la culture, des sujets de société, du sacré et de la spiritualité. Et j’aurai envie de dire plus encore les femmes païennes, qui n’ont plus peur d’affirmer leur identité spirituelle.


Pose tes questions ou laisse un commentaire.

(Les commentaires sont lus avant validation.)

Abonne-toi à l'infolettre !