Autonomie, créativité, authenticité et libre expression dans le domaine spirituel

L’auteur du Code Sophia, KAIA Ra, aurait-elle menti sur son enfance difficile et sa famille ?

Un best-seller américain a débarqué en France en septembre dernier, Le code Sophia, écrit par une femme jusqu’alors peu connue, Kaia Ra. Honnêtement, je n’ai pas aimé ce livre, bien que mon paganisme soit éclectique et notamment fortement imprégné de féminin sacré. Son style d’écriture est assez indigeste. Elle utilise des termes scientifiques hors de leur contexte d’origine (référence au code informatique, adn, génome divin, génétique), pour étayer ses concepts spirituels. Ce qui est une forme de manipulation par le langage. Si vous avez fait un peu de marketing et de PNL, ça saute aux yeux. Ses références sont des emprunts à des histoires et des croyances, qui existaient bien avant elle dans le monde du new age et du paganisme orienté féminin sacré/culte de la déesse. Mais surtout quelque chose m’a dérangé dans son récit, comme d’autres lecteurs outre-atlantique (dès 2017), qui ont enquêté sur ce personnage. Le récit de son enfance, à propos des violences sexuelles subies et la mort de sa famille, semble incohérent. Et pour cause…

Qui est réellement Kaia Ra ?

Sa famille et sa véritable enfance à Medway, Massachusetts

Kaia Ra s’appelle en réalité Colleen Anne Santoro. Elle a changé de nom lorsqu’elle a coupé les ponts avec sa famille. Elle est née en février 1977 et elle a grandi avec sa famille dans la petite ville de Medway, dans le Massachusetts. Ses parents sont Russell Saverio Santoro et sa mère Dorothy P Santoro. Elle a aussi un frère David et une sœur Kristen. Ils sont tous bien vivants à l’heure où j’écris cet article. Vous pouvez trouver ces informations dans les bases du site de généalogie de MyHeritage, section recherches, dans la catégorie « Index des Documents Publics Américains » . Il n’y a même pas besoin d’être un détective privé aguerri pour vérifier ça. Le 17 mars 2021, celle-ci a d’ailleurs témoigné dans un article publié sur gurumag.com. Ils ont été formels sur le fait que le récit de Colleen alias Kaia, concernant son enfance, est faux. L’article est illustré de photos de l’époque. On y voit Colleen souriante, entourée de son père, de sa mère, de sa fratrie ou de proches.

Captures d’écran de l’article de gurumag.com, publié le 17 mars 2021

Son enfance une reprise des théories de Qanon ?

Nous y apprenons qu’elle a été membre d’une chorale et de l’équipe de volleyball de son école, la Medway Valley High. Pourtant dans son livre, elle dit : «  Ayant survécu aux dix-huit premières années de ma vie, je me rétablissais du fait d’avoir été systématiquement violée et brutalement torturée au quotidien, à la fois par les personnes qui s’occupaient de moi et par d’innombrables autres gens. Depuis ma naissance, on m’avait préparée à être introduite dès l’âge de trois ans dans un trafic d’esclaves sexuels pour une classe dirigeante d’élite dont le réseau s’étendait sur six États américains, et comprenait toute la Nouvelle-Angleterre, New York et Washington, D. C. Ce trafic consistait à échanger des enfants contre un pouvoir politique, des biens immobiliers ou des millions de dollars, ainsi qu’à fournir des enfants esclaves… ». Cette histoire de sectes sataniques et de rapts d’enfants me rappelait quelque chose de déjà vu. En fouillant, je me suis aperçue qu’elle a simplement repris à son compte les théories de QAnon et d’un phénomène qui a sévi aux USA dans les années 70 ~ 80, la satanic panic. Le youtubeur SYLARTICHOT a fait une vidéo intéressante sur le sujet de la Satanic Panic, que je vous invite à consulter.

Son témoignage concernant le meurtre de sa « supposée » mère…

Sur sa page Facebook en décembre 2018, elle a prétendu que sa mère s’appelait Constance. Elle aurait été assassinée peu de temps après sa naissance dans le cadre des programmes militaires, auxquels elle a survécu. Ce message a été retiré de sa page depuis. Cependant on peut en retrouver la trace, grâce à la mémoire cache de Google. D’autres posts, concernant sa prétendue mère biologique décédée Constance, ont été publiés puis effacés. Je vous partage les captures d’écran ci-dessous, des statuts que j’ai pu retrouvé. Celui du 4 novembre 2019 est toujours en ligne au moment où j’écris cet article (18 avril 2021).

Oui, mais son livre me parle….

L’histoire extravagante de Colleen/Kaia ne sert en fait qu’à susciter la sympathie auprès de ses partisans. C’est une technique marketing connu. Pour vendre il faut prendre votre cible par les émotions. Par exemple en lui faisant comprendre que vous avez vécu la même chose, que vous la comprenez et enfin que vous avez la solution à ses problèmes. Nos achats, nos goûts et nos dégoûts ne sont pas rationnels, mais émotionnels.

« Votre image de marque est d’abord une construction émotionnelle. Le public réagit beaucoup plus facilement à l’émotion qu’à la raison, mais les gens aiment rationaliser leurs choix. »

Drayton Bird, expert en marketing britannique et conférencier

Pour séduire sa cible, il faut aussi parler la même langue et avoir les mêmes références culturelles. La technique du storytelling est utilisée à cette fin. C’est une technique de communication fondée sur une structure narrative, qui est proche de celle des contes et des récits. Il s’agit de raconter une histoire autour d’une marque, qui attire la sympathie, fait rêver, etc. C’est clairement ce que Kaia Ra a utilisé pour vendre ses services. Elle a créé un livre qui invite ensuite à connaitre son univers : stages, formations, bijoux. La tendance actuelle, c’est le féminin sacré, l’empowerment féminin, #meetoo, etc. Par exemple cette idée de tribu des Dragons de Sophia dans son livre, elle m’a bien fait rire. Cela ressemble vraiment à une référence à la charismatique Daenerys de Game of Throne. Ce serait logique, car après tout c’est un personnage qui effectivement restaure sa souveraineté, dans le sens de reprendre son pouvoir. Kaia utilise pour son propre intérêt les codes culturels actuels et les bons mots-clés associés.

« Ceux qui racontent les histoires dirigent le monde. »

Proverbe indien Hopi

Son parcours professionnel dans la communication

Beaucoup de lectrices fans du Code Sophia disent apprécier l’ouvrage parce qu’il leur parle. Cela illustre bien le fait que Kaia a touché sa cible et qu’elle a bien su marketer son produit. Elle a de bonnes compétences dans ce domaine et elle sait s’en servir. En effet, Kaia Ra a obtenu un Bachelor’s degree in Digital Media de l’Emerson College, Boston, en 2001 à l’age de 24 ans. J’ai pu retrouver le pdf de son CV, qu’elle mettait à disposition sur son site en 2006, mentionnant son parcours professionnel. Il est disponible sur le site des archives du web, Wayback machine si vous souhaitez le consulter (aperçu ci-dessous).

L’Emerson College propose plusieurs cursus, dont en marketing digital, stratégie marketing, communication politique et analyse des données pour le marketing. Elle a donc fait ses études sur un campus d’étudiants baignés dans la culture du marketing et en particulier le web. Bref, des outils aujourd’hui utilisés autant pour servir de bonnes causes, vendre que manipuler l’opinion. «Les sectes commencent avec un leader charismatique qui revendique une connaissance suprême», disent les experts. Dans son cas ce sont des capacités oraculaires, une soi-disant capacité à régénérer son corps qui lui aurait permis de guérir les blessures de son enfance (viols, coups, chirurgies, tortures…). Avouez que c’est bien pratique comme argument. Ainsi elle peut justifier sa plastique actuelle irréprochable, exempt de cicatrices ou de séquelles de mauvais traitements. Pourtant, elle prétend avoir subi de la torture et de la chirurgie pendant une période allant de 3 à 18 ans. C’est une longue période. Cela devrait laisser des cicatrices, non ? Un coup violent peut avoir des conséquences neurologiques et handicaper une victime à vie, de même que la torture.

Quand a-t’elle commencé à déraper ?

Son frère, dans l’article du site gurumag dit à son sujet : «Nous étions les meilleurs amis jusqu’à ce qu’elle commence à faire des trucs dingues. Quelque chose est arrivé ». Elle était au début de la vingtaine quand il a remarqué un changement pour la première fois. «Elle a volé mon appartement et se droguait.» Un après-midi, il a reçu, ainsi que sa sœur Kristen, un appel d’un détective d’Oakland disant que Kaia faisait l’objet d’une enquête. David a rappelé le détective, qui lui a dit qu’il s’agissait d’une enquête sur le fait qu’elle essayait de convaincre les personnes âgées sur leur lit de mort de céder leur propriété et leur argent, alors qu’elle les traitait avec du reiki. La police a reçu plusieurs plaintes. Je n’ai pas accès aux archives policières des États-Unis pour vérifier son témoignage. Mais si ce que David a dit est vrai, il existe probablement des documents au sein de l’administration pour en témoigner. Des preuves, que Colleen/Kaia ne peut pas effacer comme ses posts sur Facebook. Je laisse les personnes en capacité de faire ce type de recherches, s’y atteler. Je ne me suis pas attardée non plus sur la liste de sociétés qu’elle a créé pour gérer les produits dérivés de son histoire. C’est à dire les bijoux pour aider à guérir les traumatismes, ses formations féminin sacré/souveraineté féminine et le trademak sur son Code Sophia. Il y aurait aussi à dire sur le contenu du livre, qui est une compilation de concepts déjà vu ailleurs dans le monde éso/païen/féminin sacré/new age, mixés à sa sauce. Elle a été aussi l’élève de Mary Jo Gardner alias « Maria Yraceburu », connu pour sa fraude concernant ses origines Apache, dénoncée par The White Mountain Apache Tribe Heritage.

Si la culture du patriarcat dépossède les femmes de leur souveraineté. Il faut aussi se méfier des auteurs féminins, qui vous approchent sous l’angle de la restauration de votre pouvoir. C’est une faille par laquelle il est facile de vous manipuler. Le féminin sacré, comme la sorcière, est devenu une tendance marketing, un angle d’approche pour abuser des victimes, souhaitant sincèrement se délivrer de leurs souffrances. Les fans de KAIA vont surement me haïr. Pas grave… je cherche la vérité pas à plaire à tout le monde, sinon j’aurai monté un business comme le sien. La vérité c’est pas toujours confortable, lumineux et doux, ça peut bousculer, susciter des controverses et remettre en questions nos croyances. Mais, c’est comme ça qu’on avance.

Si vous avez été abusé sexuellement dans votre enfance, adolescence ou à l’âge adulte contactez un psychologue ou une association, vous trouverez une liste à cette adresse : https://arretonslesviolences.gouv.fr/associations-de-lutte-contre-les-violences-sexistes-et-sexuelles.

Sources de l’enquête :

– outil de recherche généalogique MyHeritage
– article Family Denies Sedona Guru Kaia Ra’s Bizarre QAnon-like Claims, 17 mars 2021, sur gurumag.com (https://gurumag.com/sedona-guru-kaia-ra-family-speaks-out/)
– discussion du forum New Age Fraud débutée en juin 2017, http://www.newagefraud.org/smf/index.php?topic=5021.30
– Archives du web, web.archive.org
Be Scofield, la journaliste qui a enquêté sur Kaia Ra
Vague de rituels sataniques, chaîne Youtube de Sylartichot
– Sujet du forum Cult Education Institute dans la catégorie « Cults, » Sects, and « New Religious Movements » , Kaia Ra – The Sophia Code (satanic panic) (mai 2019)

Article mis à jour le 7 mai 2021

5 commentaires pour “L’auteur du Code Sophia, KAIA Ra, aurait-elle menti sur son enfance difficile et sa famille ?”

  1. N.B, le 26 avril, 2021 à 16 h 00 min Said:

    Bonjour,
    Lorsque j’ai entendu quelqu’un faire la publicité du Code Sophia, j’étais intriguée et sceptique. J’ai entamé une recherche internet qui ne me donnaient que des résultats élogieux de Kaia Ra, mais je n’étais pas convaincue jusqu’à ce que je sois tombée sur votre excellent article, écrit selon une démarche qui respecte les normes de la recherche avec des sources authentiques et un langage objectif. Merci pour ce travail d’investigation dont nous avons besoin dans cet époque d’arnaque et de fraud au service de la quête spirituelle d’un monde devenu las du matérialisme.
    Bien cordialement
    Najla

  2. Jean liod, le 6 mai, 2021 à 10 h 24 min Said:

    Merci pour ton éclairage et ton enquête. Peut on prendre ce livre pour un délire ?merci.

  3. Esklara, le 6 mai, 2021 à 11 h 09 min Said:

    Franchement j’aurai aimé que ce soit un délire, c’est à dire de l’humour, une caricature du new age, une blague… Malheureusement non.
    Après un délire de l’auteur, je ne suis pas psychologue pour analyser le mode de pensée de cette personne. Je laisse cela aux spécialistes.
    L’auteur vend derrière des séminaires, des formations en lignes et autres accompagnements pour sa cible marketing, les femmes vulnérables victimes d’abus et ça par contre..ça craint. Ces femmes ont été abusés une fois, elle ne devrait pas l’être une seconde fois par quelqu’un qui prétend les aider. C’est surtout à elles que je pense. Après si elle croit en ses histoires, c’est son droit. Mais qu’elle n’embarque pas des innocentes dans son histoire.

  4. ANA, le 6 mai, 2021 à 17 h 28 min Said:

    Bonjour, j’ai acheté le Code Sophia et je l’ai commencé mais je n’ai pas pu aller très loin car quelque chose cloche dans tout ce qui est écrit.
    J’avais le sentiment en lisant, d’une supercherie, je ne ressentais rien alors que je suis très réceptive et qu’il n’y avait pas de » source » derrière…..
    Et ce que je viens de lire me confirme mon ressenti.
    Merci d’avoir réalisé cette enquête car, en ce moment, beaucoup de faux prophètes profitent de la situation actuelle!

  5. cogny Remi, le 6 mai, 2021 à 21 h 18 min Said:

    bonjour
    Merci pour votre recherche , mais en fonction de mon chemin spirituel sans défendre le code Sophia ou kaia ra. je n ai pas finis le livre. Le verbe est créateur certaine formule ou prière ont l air juste, la prière c est le sentiment. Solliciter des maitres ascensionné sans leur consentement serai un chemin étrange pour ma part ,les gens qui sont canal n explique pas ils informent, ils ne réfléchissent pas, ils parlent et l info est là , dans la religion catholique on appelle ceci la communion des saints quelque chose comme ca , pour faire appel à un groupe de maitres ,(maitres ou saint même chose). Des disciples se sont déjà éveillés avec de faux gourou, notre cœur doit rentrer en résonnance avec la vibration divine , et donc nos intentions quotidiennes doivent s y soumettre ou l inverse et peut être qui sait , donc les gens risquent vite de s apercevoir de la supercherie car tous les artifices visuels ne suffiront pas à les maintenir dans le groupe en tous cas pour ma part cela ne fonctionnera pas . crd remi


Pose tes questions ou laisse un commentaire.

(Les commentaires sont lus avant validation.)

Abonne-toi à l'infolettre !