Autonomie, créativité, authenticité et libre expression dans le domaine spirituel

L’addiction au tarot divinatoire

Cela fait quelques temps, que je voulais écrire sur ce sujet. Car j’avais remarqué, que comme pour l’alcool, les jeux de hasard, les jeux vidéos ou le sexe, il est possible de devenir addict au tarot . Cette addiction est classée dans les dépendances sans substance. Lors de mes recherches, j’ai trouvé quelques d’articles sur le sujet côté anglophone. Mais cela a été beaucoup plus difficile d’en dénicher côté francophone. Les liens sont en fin d’article. Est-ce parce que le sujet dérange ou qu’on sous-estime le fait de devenir dépendant à ce type de pratique ? Je ne sais pas. Même si je n’ai pas trouvé de réponse à cette question, mes recherches m’ont permis de cerner dans ses grandes lignes, le phénomène de l’addiction au tarot divinatoire.

Le tarot est un outil superflu

Même si cet outil fait partie de ma panoplie, j’ai du mal à comprendre les personnes, qui éprouvent le besoin de le consulter tous les jours (hors phase d’apprentissage des cartes). Et si j’en propose parfois l’usage sur mon blog, je n’en fais pas le centre de ma pratique spirituelle. Car pratiquer le tarot ne rend pas spirituel. Cela reste un outil, il faut bien garder cela à l’esprit. La spiritualité est dans la façon d’être et d’agir dans le monde. Il y a des personnes d’une grande sagesse, qui n’ont jamais touché un tarot de leur vie, ni consulté de tarologue. Le tarot peut-être utile, mais il n’est pas indispensable.

Le tarot contre les angoisses de l’avenir

De mémoire, la seule période, pendant laquelle j’ai beaucoup consulté le tarot, était l’adolescence. A posteriori, je comprends aujourd’hui pourquoi. Car c’est une étape de la vie, qui peut-être très angoissante. Les adultes nous demandent de préparer notre avenir et de choisir une orientation professionnelle. J’étais vulnérable, timide et je manquais de confiance en moi. A cette époque, je percevais les autres comme étant toujours plus beaux, plus doués ou plus confiants que moi. J’estimais être nulle dans la majorité des domaines de ma vie. Lors de soirée entre copines, je me souviens avoir posé plusieurs fois la même question à mon jeu, à quelques jours d’intervalle. J’espérais à chaque fois une réponse différente, plus enthousiasmante ou fiable. Hors, c’est quelque chose, qu’il ne faut jamais faire évidement. C’est le meilleur moyen de douter et de s’embrouiller l’esprit.

Cette addiction peut apparaître suite à un événement bouleversant dans la vie, comme le décès d’un proche, une longue maladie, un licenciement ou une rupture amoureuse. Le tirage de tarot va venir calmer nos angoisses et nous rassurer sur l’avenir. Cette réaction ne concerne pas que les gens que nous pensons crédules ou naïfs. Cela a plutôt à voir avec un besoin humain d’être réconforté ou conforté dans ses choix, face à un présent déstabilisant et un avenir incertain. C’est une façon de s’imaginer avoir une prise sur notre destinée, à un moment où nous nous sentons vulnérables et désorientés. Le recours compulsif au tarot peut aussi cacher un mal-être ou une dépression.

Comment savoir si tu es addict au tarot ?

Ci-dessous une liste de signes (non-exhaustive) :

  • tu ressens le besoin de consulter pour chaque décision ou acte de ta vie,
  • tu insistes pour que ton tarologue te donne une réponse en Oui ou Non à une question, même si il/elle t’explique que ça ne marche pas comme ça,
  • tu consultes tous les matins une ou plusieurs vidéos de tirage des énergies du jour,
  • au lieu d’écouter les conseils d’un tirage effectué pour ta situation, tu vas consulter plusieurs médiums pour avoir différentes lectures, sans jamais être satisfait,
  • ta seule façon d’avoir de l’espoir concernant ta situation est d’effectuer/consulter une lecture de cartes,
  • si tu possèdes ton propre jeu, tu vas reposer plusieurs fois la même question en la reformulant dans l’espoir d’avoir une réponse qui te convient,
  • tu dépenses de plus en plus d’argent et de temps en consultation et en achat de jeux de cartes, au point d’être à découvert ou d’oublier de payer des choses essentielles (loyer, nourriture, frais de santé, cantine des enfants, etc).

Comment remédier à cet usage compulsif ?

Il faut te souvenir qu’une lecture de tarot ou de jeu divinatoire te permet de comprendre les leçons du passé et les énergies du présent. Il ne peut pas prédire un futur précis, seulement des potentialités de développement par rapport à la situation présente. L’avenir, c’est ce que tu choisis de vivre à travers les décisions que tu prends et les actions, que tu poses ! Il faut éviter de poser plusieurs fois la même question à quelques jours d’intervalle et à plusieurs pratiquants différents, en espérant une autre réponse. Agis avant de demander une autre lecture de tarot complémentaire. N’utilise jamais le tarot comme une excuse pour ne pas prendre de décision ou passer à l’action. Avant de demander un tirage, poses-toi sérieusement la question du pourquoi de ta demande. Cherche les raisons profondes de ta requête. Tu peux les écrire dans ton journal, pour y voir plus clair et les relire le lendemain. L’écriture permet une prise de recul. Limite-toi à une lecture par semaine. Au lieu d’anticiper l’avenir, apprends à vivre dans le présent (méditation de pleine conscience, lâcher prise…) et à accepter de faire des erreurs. Car l’erreur permet l’apprentissage. N’hésite pas à demander de l’aide et faire un point avec un psychologue concernant cette addiction.

A lire au même sujet :


Pose tes questions ou laisse un commentaire.

(Les commentaires sont lus avant validation.)

Abonne-toi à l'infolettre !