Accueillir un enfant, vos croyances païennes et la bénédiction du nouveau né

Retour à : Blog spirituel, Fêtes, rituels, calendrier


img_20161110_094734

Lorsqu’un enfant vient au monde, touché par sa fragilité, notre premier réflexe est de prendre soin de lui. Il suscite en nous un élan protecteur et bienveillant. Sa famille a (la plus part du temps) à coeur de l’accueillir dans les meilleures conditions possibles. Si vous êtes ses parents, vous aurez envie de l’élever dans un cadre que vous estimez bénéfique à sa croissance tant physique, intellectuelle, émotionnelle, que spirituelle. Vous aurez à coeur de lui transmettre certaines valeurs essentielles du «Vivre ensemble», le sens des responsabilités et à penser par lui-même. C’est en tout cas, ce que j’ai pensé en tant que mère.

Dés sa naissance voire même avant, en tant que parents, nous nous sommes posés des questions le concernant vis à vis de nos spiritualités respectives. J’en ai listé quelques-unes ici.

– Devons-nous lui en parler, comment, à quel age et de quelle façon ?
– Faisons-nous un rituel d’accueil et/ou bénédiction du nouveau-né, un baptême laïc ou pas ? Si oui, avec nos proches cercle large (païens, non païens) ou en cercle restreint/privé de ceux qui respectent nos croyances seulement ?
– Comment lui présenter notre spiritualité, celles des autres et le cadre laïc de notre société ? Et aussi les grandes fêtes de l’année, les mythes, les rites….

Une religion ne s’impose pas, c’est un choix personnel !

Il est clair pour moi depuis longtemps, qu’une foi ne s’impose pas. En tant que parent et citoyenne néo-paienne, je n’ai pas de vocation à convertir les autres, pas plus mon voisin, que mes enfants. Une spiritualité se choisit en son âme et conscience. De ce fait, aucun voeux ou engagement religieux ne devrait être proposé de 0 à 18 ans de mon point de vue, tant qu’un jeune n’a pas la maturité suffisante pour penser par lui-même et être responsable. Mais il peut tout à fait si il le souhaite et en fonction de son âge, s’informer et participer aux rites des adultes. Je dis bien «si il le souhaite». Il est important de tenir compte de son avis.

Parler de ses croyances à ses enfants

Dans ce domaine, il n’y a pas de réponses toutes faites. Un enfant a le sens de l’observation. Je pense, qu’il se rendra compte par lui-même, que vos croyances sont différentes de Tata Monique catholique pratiquante ou de Tonton Richard, bouddhiste. Donc, inutile de les cacher. Ensuite, et bien cela dépend de votre contexte, votre entourage (défavorable, favorable ou indifférent) et de l’enfant. Pour ma part, je pense répondre à ses questions au fur et à mesure qu’elles viendront, selon son envie. Je ne suis pas opposée à ce qu’un membre de la famille lui parle d’une autre foi, si il respecte ma démarche, c’est à dire :
– ne rien imposer,
– répondre selon l’envie de découvrir de l’enfant,
– ne pas dénigrer les croyances des autres devant lui, pour régler à travers lui des conflits avec eux sur ce sujet.

Bénédiction du nouveau-né, baptême laïc…

J’aurais aimé. Mais mon époux n’est pas païen et pas très pratiquant. Les rituels, c’est pas son truc. Comme notre entourage amicale et familiale est majoritairement catholique, nous avons préféré ne rien faire. Nous avons pensé à un moment au baptême laïc. Mais cela aurait soulevé des débats, notamment avec les plus âgés sur le sujet et nos croyances, qu’aucun de nous deux n’avaient envie d’affronter. Nos prières de bénédictions ont donc été faites dans la sphère strictement privée du foyer. De mon point de vue, ce rituel n’engage en rien l’enfant dans la foi de ses parents. Il s’agit d’un rituel de bienvenue et de reconnaissance de l’enfant au sein du foyer (ou de la communauté) d’une part et d’autre part, une demande de protection de l’enfant par les parents à leurs divinités (prière d’intercession…). C’est aussi l’occasion de le nommer ou présenter les noms choisis pour lui.

Le baptême civil ou laïc

Notre pays offre la possibilité aux parents de faire un baptême civil ou laïc en Mairie. Aucune loi ne régit cette cérémonie. Les mairies ne sont pas obligées de le célébrer et il n’y a pas de cérémonial préétabli. Au cas où votre mairie ne pratique pas le parrainage civil, sachez qu’il est possible de demander une dérogation auprès d’une autre commune.

Plus d’infos, consultez le site : bapteme-civil.com ou service-public.fr

Une question, une remarque ?

Vous pouvez poster ci-dessous vos questions ou votre témoignage concernant ce sujet.