Ma définition de la spiritualité

J’ai intitulé cette page « ma spiritualité ». Car je suis consciente que définir le terme spiritualité fait débat. Je citerais en introduction de cette page l’extrait d’un livre , qui m’a beaucoup plu :

« Je définis la spiritualité comme étant le très vaste mouvement dans lequel s’inscrit la vie de l’âme ».

Extrait de « Dieu s’en moque : osez une spiritualité excitante », Marie Josée Arel

La définition de cette auteur, rejoins mon propre point de vue. Je partage ci-dessous des élements de mes propres réflexions, rédigés il y a quelques temps pour un projet d’écriture publié sous un autre nom.

definition-spiritualite

Qu’est-ce que la spiritualité ?

La spiritualité, pour moi, ce n’est pas la religion. A mes yeux, les religions sont des formes de spiritualités institutionnalisées. Je veux dire par là des spiritualités encadrées par des règles, du personnel hiérarchisé, des rites et des concepts codifiés. Pour moi, la spiritualité n’a pas nécessairement besoin de lieu de culte, de clergé ou d’écrits sacrés, de dogmes ou de cadre strict pour être vécue. Cela peut-être utile, mais ce n’est pas indispensable.

De mon point de vue, la spiritualité est le rapport le plus intime, direct et personnel de chacun au miracle de la vie et à son sens. C’est la vie de l’esprit, compris comme l’étincelle de la Vie en soi, qui nous permet d’être vivant chaque seconde et conscient d’exister.

La racine étymologique du mot spiritualité est spiritus, qui signifie souffle.

« (Ainsi) parle le Maître-de-l’éternité. Lorsque je vins à l’existence, les formes d’existence existèrent. Je suis venu à l’existence en tant que manifestation de Celui-qui-vient-à-l’existence (Khépri), qui vient à l’existence lors de la première fois (Zep Tepy). […] C’est ainsi que L’Existence vint à l’existence, car j’étais (plus) ancien que (les dieux) Anciens que j’ai créé.»

Extrait de la cosmologie héliopolitaine, texte traduit par R. Faulkner (1938) du papyrus Bremner-Rhind

definition-spiritualite2

Qu’est-ce que le souffle ?

C’est la manifestation de la respiration. Et de quoi témoigne notre respiration ? Et bien, c’est simple, elle témoigne que nous sommes vivants. Un être humain peut vivre environ 30 jours sans manger, 3 jours sans boire et seulement 3 minutes sans respirer. C’est dire si respirer est important.

Le souffle est la manifestation extérieure de la présence de la vie en nous. Mais, ce n’est pas seulement la vie biologique. La vie dont il est question, c’est aussi la conscience. Le « je » conscient d’exister. C’est à dire l’être capable de se questionner sur ce qu’il est, d’où il vient et le sens de son existence. Voilà ce que recouvre pour moi la notion de spiritualité. Dans ce domaine, certains incluent une croyance dans le divin (singulier ou pluriel), d’autres non.

Le mot esprit (certains utiliserons aussi le mot âme), n’est pas à confondre avec l’intellect. L’intellect, c’est la partie machine à penser ou à conceptualiser de notre être, un outil à brasser de l’idées. Avec l’expérience, j’ai vite compris que se gargariser de concepts intellectuels, de références bibliographiques et de connaissances livresques, pour théologiser au travers de longs débats, ne menait pas toujours à une spiritualité épanouissante.

La spiritualité pour moi, c’est l’intelligence du cœur et non celle de la tête. La spiritualité, c’est être ici et maintenant, vivre. L’intellect, c’est théoriser, conceptualiser la vie, en créer une vision abstraite ou une projection mentale. Et les projections mentales sont parfois de grandes sources d’illusion.

© Sterenn – 2016

S'abonner à l'infolettre

Soyez avertis des publications récentes et recevez des contenus exclusifs en vous abonnant.

Je m'abonne