L’identité culturelle (néo)païenne est-elle seulement quelque chose de personnel ?

Retour à : Blog spirituel, Réflexions spirituelles


Suite aux premiers articles sur le sujet, un élément m’a été soumis lors d’échanges privés et par plusieurs personnes. De ce fait, je pense qu’il vaut mieux l’éclaircir afin que la réflexion et le dialogue ne partent pas dans de mauvaises directions à cause d’une confusion sur les mots employés, le sujet et leur sens. La question est : « Est-ce que l’identité culturelle (néo)païenne est quelque chose de personnel ? C’est à dire est-ce que ça concerne que moi, mon histoire et pas les autres… ?

Je précise que depuis le début de cette série d’articles, le sujet est un l’identité culturelle et que l’objectif est de l’envisager dans le cadre du (néo)paganisme. Il ne s’agit pas du concept de l’identité en général, même si on s’y réfère forcément un peu. Je cible en particulier un type d’identité. Voilà, le cadre précis de la discussion.

Reprenons le mot personnel. Il signifie :
– 
propre à une personne, qui lui appartient, qui le caractérise.

Est-ce que nous pouvons dire qu’une identité culturelle est seulement propre à une personne, lui appartient uniquement et ne caractérise qu’elle ?

Pour ma part, je répondrais que non. Et là je réponds uniquement pour le cas spécifique de l’identité culturelle, pas l’identité en général. J’espère être clair, qu’il n’y ai pas de confusion à ce sujet. Parce que la culture est si je reprends les propos du sociologue québecois Guy Rocher :

« un ensemble lié de manières de penser, de sentir et d’agir plus ou moins formalisées qui, étant apprises et partagées par une pluralité de personnes, servent, d’une manière à la fois objective et symbolique, à constituer ces personnes en une collectivité particulière et distincte. « 

La culture est quelque chose de commun, qui est partagé et porté par un ensemble d’individus. Quand je me dis de culture européenne, la culture européenne ne m’appartient pas qu’à moi seule. Je ne suis pas la seule à être caractérisée par ce particularisme. Ce qui est personnel sera peut-être dans ma façon de l’exprimer, parce que parmi la variété d’éléments qui caractérise cette culture, je ne les exprimerais pas tous dans ma façon d’être ou avec des variantes, des différences, par rapport à une autre personne. Mais, il demeure que l’identité culturelle européenne, si je prends cet exemple, est collective. Si je prends celle du néo-paganisme, je dirais la même chose. Elle est constituée d’éléments communs à un ensemble de personnes, même si toutes ces personnes ne les intègrent pas dans leurs façons d’être et qu’il peut y avoir des différences entre elles.

L’identité culturelle est une identité collective.

Articles précédent au même sujet :
La question de l’identité dans le (néo-)paganisme contemporain
Ouab, authenticité et identité païenne

 

Vos commentaires

Vous pouvez poster ci-dessous vos remarques, vos questions ou votre témoignage concernant ce sujet.

S'abonner à l'infolettre

Soyez avertis des publications récentes et recevez des contenus exclusifs en vous abonnant.

Je m'abonne